Attentes environnementales dans la consommation de Champagne : HVE, VDC ou BIO ?

Attentes environnementales dans la consommation de Champagne : HVE, VDC ou BIO ?

De plus en plus soucieux de leur santé et de leur environnement, les consommateurs se dirigent nettement vers la consommation bio. Au sein de ce marché en plein essor, la viticulture n’est pas en reste. Toutefois, d’autres démarches certifiées, nationales et locales sont également appliquées en Champagne, ce qui risque de ne pas rendre la tâche facile pour la clientèle.

Vins et environnement : le bio devient une évidence.

La demande des produits alimentaires Bio ne cesse de croitre en France. En 2019, ce marché représentait 11.9 milliards d’euros soit une croissance de 1.4 milliards d’euros en 1 an et de 8.4 milliards d’euros en 10 ans. Cette augmentation fulgurante se voit dans toutes les filières engendrant ainsi de plus en plus de conversions en surface bio afin de répondre à la demande de la société.

Dans le monde des vins, ce sont environ 16 400 hectares qui sont déclarés en viticulture bio soit 1.4 % du vignoble français. Les vins bio dégagent un chiffre d’affaire de plus d’un milliard d’euros.

Qui produit les vins Bio ?

On estime qu’environ 2 milliards de cols bio seront produit d’ici 2023.

Actuellement, l’essentiel de la production provient de la France, l’Italie et l’Espagne, soit les trois plus grands producteurs au monde. L’Italie reste le plus gros pays producteur mais aussi le premier exportateur de vin bio car ses productions comme celles de l’Espagne sont plutôt destinés à l’export. Les productions françaises, allemandes ou encore américaines sont, quant à elles, majoritairement consommées dans leurs pays. Selon l’étude de Millésime Bio, la France deviendra le premier consommateur mondial de vin bio à partir de 2021. Le boom de la consommation impacte toutes les catégories de vins, les rouges étant les plus concernés.

Source : Millésime Bio Etude 2019

HVE et VDC, des étapes vers le Champagne Bio ?

Les vins effervescents bio sont de plus en plus demandés, on a pu constater une progression de 19.1 % en moyenne par an sur la période 2013-2018. Cependant, les ventes d’effervescents et de Champagne bio sont en baisse en GMS. En effet, ces derniers affichent une baisse de 9,2 % en 2019, principalement suite à un manque de disponibilité en rayon.

Cela peut être expliqué par la complexité technique et financière pour un viticulteur de se convertir au bio. Comme dans de nombreux autre bassins viticoles, le passage d’une viticulture conventionnelle à celle d’une viticulture biologique peut être difficile en Champagne. La pression des maladies cryptogamiques (Mildiou et Oïdium) et la recherche de rendement se présentent souvent comme des obstacles.

Pour le gouvernement français, une des idées avancées est d’utiliser des certifications intermédiaires afin de faciliter la transition environnementale. C’est ainsi qu’est apparu la certification dite Haute valeur environnementale (HVE), créée à l’occasion du Grenelle de l’environnement en 2008. Le cahier des charges affiné par le ministère de l’agriculture en 2011 cherche à renforcer une traçabilité absolue, un nombre limité et efficace des traitements et mettre l’accent sur la biodiversité de l’environnement immédiat des parcelles de vigne.

Avec 6 699 domaines certifiés (+47 % en six mois), le vignoble reste le premier promoteur de la certification ministérielle. Ce constat devrait se confirmer avec la mise en place d’un crédit d’impôt aux entreprises certifiées HVE (de 2 500 € en 2021).

En Champagne, l’interprofession a choisi de mettre en avant la Viticulture Durable en Champagne (VDC) qui vise à réunir de manière pérenne des objectifs de performance économique, de respect de l’environnement et plus largement de réponse aux attentes sociétale. Le référentiel peut servir de base, pour les producteurs qui le souhaitent, à une certification «VDC» compatible avec la certification « HVE » depuis 2014. Cela a permis une avancée notable de la certification HVE dans le vignoble Champenois, avec 986 exploitations certifiées, à juillet 2020.

Les enjeux environnementaux sont clairement intégrés dans les nouvelles méthodes de production viticole Champenoises. Cela se traduit par plusieurs certifications. Il n’y a cependant pas de lien évident entre HVE, VDC et vins BIO. Certains cahiers des charges ont volontairement été mis en cohérence (VDC et HVE) mais les débats restent vifs quant à l’éventuelle transition vers le BIO.

Dans ce contexte, une clarification devra être posée assez rapidement car les consommateurs risquent d’avoir toutes les difficultés à s’y retrouver, d’autant plus que les différentes catégories de vin étaient déjà assez complexes à appréhender avant cela.

Sources : Millesime Bio, Ministère de l’agriculture, Agence Bio, Comité Champagne.