Champagne 2017 : succès et incertitudes

Champagne 2017 : succès et incertitudes

Il y a quelques jours, le comité Champagne a publié ses statistiques qui confirment que la filière Champagne a battu un nouveau record en valeur ! En effet, les exportations ont atteint un chiffre d’affaires global de 4,9 milliards d’euros pour l’année 2017. Soit une hausse de 3 % par rapport à son précédent record de 2015 (4,75 milliards) et de 4 % par rapport aux ventes de 2016 (4,71 milliards).

 

LE CHAMPAGNE SE PORTE BIEN GLOBALEMENT

Après les doutes de l’an dernier, les champenois retrouve le chemin de la croissance de leur expédition pour atteindre 307,3 millions de bouteilles en 2017, soit 0,4 % de plus qu’en 2016, selon le Comité champagne. 

Les ventes ont été portées par les exportations, en hausse de 3,5 % à 153,6 millions de bouteilles. Ce sont surtout les pays hors de l’Union européenne qui tirent les expéditions, avec une progression de 9 % sur l’année pour atteindre 77 millions de bouteilles. Le marché européen accuse, lui, une baisse de 1,3 % avec 76,6 millions de bouteilles.  Cette baisse est essentiellement dût à la situation du Royaume-Uni. Selon les derniers chiffres de la FEVS, bien que le marché anglais reste le premier marché export pour le champagne en 2017, il marque une baisse de 9,3% en volume et 5% en valeur.

exportations champagne
Sources : FEVS, Filière Champagne du Crédit Agricole du Nord Est

 

UNE SITUATION DELICATE SUR LE MARCHE DOMESTIQUE

Le marché français n’est pas reparti en 2017. Après une baisse de 2,4 % en 2016, l’activité a encore davantage reculé l’an dernier, de 2,5 %, à 153,7 millions de bouteilles. Pour la première fois, il s’est donc vendu quasiment autant de bouteilles en France qu’à l’étranger.

Les ventes en France ont connu leur plus mauvaise situation en décembre : environ 23 millions de bouteilles ont été vendues en France soit une diminution de 9 % par rapport à la même période en 2016.

« Le mois de décembre de cette année est le pire mois jamais enregistré et en même temps, on n’a jamais vendu autant de champagne », explique Maxime Toubart, président du Syndicat Général des Vignerons.

Cette situation est d’autant plus délicate qu’en parallèle, les vins mousseux non AOC ont connu une progression spectaculaire: un bond de 14,9% en volume et de 17,8% en valeur.

« Nous pourrions presque remercier l’Italie et son Prosecco, qui ont mis à la mode la consommation plus quotidienne de vins effervescents, la tendance va continuer », a estimé Juliette Monmousseau, directeur-général de Bouvet-Ladubay, un vin effervescent de la région de Saumur (Loire).

 

Face à ces évolutions contrastées, certains acteurs de la régions s’unissent autour de projets communs dans le but de valoriser leur produit et terroir. Cette volonté se retrouve notamment dans le développement des associations présentes lors du printemps des Champagnes (http://www.printemps-des-champagnes.com/). Cette recherche de synergies entre acteurs champenois est sans doute une des clés de succès pour assurer le leadership du Champagne , quel que soit le marché, dans les années à venir.

 

 

Sources : FEVS, les Echos, Comité Champagne