Espagne : baisse de la consommation en faveur de l’exportation

consommation espagne exportation espagne

Espagne : baisse de la consommation en faveur de l’exportation

La consommation espagnole à domicile réduit fortement ses volumes, qui connaissent une érosion sans fin. Les Espagnols se tournent de plus en plus vers les vins d’appellation.

En 2017, la consommation espagnole de vin par habitant est tombée à 8,1 litres. Un niveau plancher par rapport aux 24,8 l/hab de 1987. En trente ans, la consommation par habitant a ainsi chuté de 67% d’après les dernières données compilées par l’Observatoire Espagnol du Marché du Vin.

Dans le détail, les consommateurs espagnols ont consommé à domicile 3,7 millions d’hectolitres de vin pour un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros en 2017. Soit des diminutions de 2,5 et 2 % par rapport à 2016, dans la lignée des précédentes années. Des baisses qui, en s’accumulant pèsent fortement : -236 % en volume par rapport à 1999, mais +192 % en valeur en 18 ans.

Bien connue dans les pays traditionnellement producteurs de vin, la diminution de la quantité consommée au profit de la qualité s’illustre ici avec le développement des vins d’appellation (les DOP). La consommation de DOP a augmenté en 18 ans de 227 à 562 millions d’euros (jusqu’à représenter 56 % du chiffre d’affaires des vins en Espagne). Dans le même temps, les vins sans DOP sont en chute, tandis que les effervescents restent relativement stables.

« La consommation par habitant est l’une des grandeurs qui préoccupe le plus la filière espagnole » résume la Semana Vitivinícola, qui y voit le principal moteur de l’exportation espagnole : la nécessité de développer de nouveaux débouchés quand le marché domestique se rétracte. C’est ainsi que le Cava atteint la grande distribution en France, avec 42% de parts de marché en volume (7,3 millions de cols) et 42% de parts de marché en valeur dans les ventes de vins étrangers. Ce vin effervescent espagnol dépasse même en volume la Clairette de Die, second du classement des AOP français hors champagne, et atteint les 37,6 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance de 13% en volume et de 13% en valeur comparé à 2016, et de 59% en volume et 53% en valeur entre 2012/16. Principal argument de vente à l’export, son prix faible : 5,12 €/col en GD en France, et qui continue de diminuer -0,1% vs 2016 et -3,9% vs 2012/16.

 

Sources : Vitisphère, IWSR 2017