Exportations françaises de vins et spiritueux

Exportations françaises de vins et spiritueux

Après une année 2014 en léger recul, les exportations françaises de Vins et spiritueux se redressent au 1er semestre 2015. Le chiffre d’affaires atteint 5,2 milliards d’euros à la fin du premier semestre retrouvant ainsi un niveau comparable à celui de 2013. Cette progression de 10 % en valeur est d’abord le fait des spiritueux et des vins mousseux.

Spiritueux : + 18 % en valeur, + 2 % en volume

Sur le premier semestre 2015, 22,7 millions de caisses de spiritueux ont été expédiées (+ 2%) pour un montant de 1,7 milliards d’euros (+ 18 %), principalement grâce au Cognac (+ 26 % en valeur et + 13 % en volume).

Vins : +7 % en valeur, – 3 % en volume

Avec 3,5 milliards d’euros (+ 7%), l’augmentation du chiffre d’affaires du vin reflète la performance des vins mousseux (+9 %) et en particulier le Champagne (+9 %). Si le chiffre d’affaires des vins tranquilles croît également (+6%), la baisse des volumes expédiés (-3%) reste une préoccupation dans de nombreuses régions.

Les tendances des marchés export

Sur le premier semestre 2015, l’Amérique du Nord est la zone qui connaît la plus forte progression (+ 29 % en valeur), tirée en particulier par les expéditions de Cognac et de Champagne.

L’Asie progresse également (+12 %), avec des expéditions en hausse en Chine, à Hong Kong, en Corée et au Japon. On observe également une légère hausse dans l’Union Européenne en valeur (+ 2 %), malgré une baisse des volumes (- 7 %) due aux faibles disponibilités liées aux petites vendanges passées.

Malgré cette reprise des exportations, Christophe Navarre, Président de la FEVS, rappelle qu’il faut rester prudent compte tenu d’un contexte mondial qui reste volatile et créée de l’incertitude sur les marchés.

Accord UE/ Vietnam : un nouveau potentiel de croissance ?

Le 4 août dernier, après deux ans de négociations, l’Union européenne et le Vietnam sont parvenus à un accord politique en vue d’un traité de libre-échange, qui verra la disparition progressive de la quasi-totalité de leurs droits de douane (qui s’élèvent actuellement à 50 % pour les vins et à 45 % pour les spiritueux).

Cette élimination des droits de douanes ainsi que la protection des principales indications géographiques européennes de vins et spiritueux – et notamment de l’appellation Champagne – sont un aboutissement positif pour notre secteur et laissent espérer un nouveau potentiel de croissance dans ce marché où la consommation de Champagne reste encore modeste (pour rappel en 2014 les expéditions de Champagne vers le Vietnam représentaient un volume de 117 926 bouteilles pour une valeur de 2,1 millions d’euros).

Source : FEVS