Plus de libre-échange pour les vins français !

japon droits de douane chine igp

Plus de libre-échange pour les vins français !

Ce jeudi 6 juillet 2017 au palais des Congrès de Bordeaux, s’est tenu le Congrès de la Viticulture en présence de Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture.

Cet événement fut l’occasion d’annoncer la signature de libre-échange sur les produits alimentaires entre le Japon et l’Union Européenne, effectif à partir de 2018, et supprimant ainsi les droits de douane sur les vins européens. Ce qui représente une économie d’environ 145 millions d’euros pour la filière viticole européenne. Avant cet accord, les vins français en direction du Japon étaient imposés en moyenne à 1.07€/litre (soit 1.40€/litre pour les vins effervescents et 15% de taxes pour les vins tranquilles). Une opportunité non négligeable pour le champagne sachant que le Japon est son 4ème marché d’exportations en volume avec 10.9 Millions de cols exportées en 2016 et son 3ème marché en valeur avec 253 millions € de Chiffre d’affaires HT.

Le commissaire entame actuellement des négociations avec d’autres pays d’Asie tels que la Chine, le Vietnam et l’Indonésie, de même qu’avec des pays d’Amérique latine tels que la Colombie et le Mexique. Ces accords permettraient ainsi à la France de se positionner au même niveau que ses concurrents, comme le Chili, qui bénéficie depuis 2007 (au Japon) et 2005 (en Chine), d’exemptions des droits douaniers sur l’ensemble de ses vins et spiritueux. Mais l’Asie, 3ième marché en terme d’exportations en valeur de vins français, dispose aujourd’hui encore de barrières : la Thaïlande impose aux vins mousseux du territoire, une taxe à hauteur de 54%.

 

export vin par continent

Exportations de vins français par zone en valeur – FEVS 2016

 

La Chine, 4 ième marché d’exportations de vins français en valeur, à 546 Millions d’euros en 2016, est aussi un marché porteur pour le champagne puisqu’elle représente près d’1.3 Million de btls exportées en 2016 (+0.2%), soit 20.7 Millions d’euros de C.A.. Ainsi, la signature d’un nouvel accord commercial entre l’U.E. et la seconde puissance mondiale, reconnaissant 200 indications géographiques européennes et chinoises, permet de protéger le patrimoine et les producteurs contre la fraude. Dans cet échange de listes d’I.G., 21 indications concernent des vins français, dont le champagne (bien qu’il ait déjà été reconnu en Chine en 2013).

Au final, ces nouveaux accords de libre-échange sont une belle opportunité de créer de la valeur tout en sachant que les marchés chinois et japonais cumulent à eux seuls, près d’1.5 Milliard d’habitants.

 

Sources : FEVS, Vitisphere, Societe.com