La Cata en Catalogne ?

indépendance catalogne vins effervescents

La Cata en Catalogne ?

Depuis peu, des heurtes entre les gouvernements espagnol et catalan font la une des médias. La Catalogne réclame son indépendance sociale, culturelle et économique. Cette situation n’est pas sans conséquence dans le monde des effervescents.

CONTEXTE : L’INDÉPENDANTISME

Avant tout, il faut savoir que la Catalogne a sa propre langue (le catalan), son propre hymne « els segadors » et son propre drapeau aux rayures rouge et or. La Catalogne est aussi une région autonome, c’est-à-dire qu’elle peut prendre des décisions dans certains domaines, comme la santé ou l’éducation, sans demander l’avis du gouvernement espagnol. Enfin, cette région gagne beaucoup d’argent grâce au tourisme. Alors qu’elle ne compte que 16% de la population espagnole, son PIB correspond à 19% du pays et même 25% de ses exportations. Elle est également très dynamique: ses prévisions de croissance pour l’année s’élèvent à 2,7%. C’est pourquoi une partie des Catalans ne souhaite pas partager ces richesses avec le reste du pays.

CONSÉQUENCES : LES DÉLOCALISATIONS

Le fait que la Catalogne soit la région la plus riche d’Espagne n’est évidemment pas étranger à l’actuelle frénésie indépendantiste. Or cette incertitude politique perturbe le tissu économique de cette région dont l’activité viti-vinicole.

La Catalogne assiste depuis deux semaines à une véritable hémorragie d’entreprises (près de 150 départs/jour) quittant Barcelone pour se réinstaller aux quatre coins de l’Espagne, et en particulier à Madrid. La plupart des compagnies catalanes figurant sur l’indice phare de la Bourse de Madrid, « l’IBEX 35 », ont fui la Catalogne en raison de l’instabilité politique qui a vu le jour après le référendum du 1er octobre.

La situation ne s’est pas arrangée depuis, impactant l’ensemble des secteurs dont la production de CAVA. Freixenet, avec près de 500 M€ de CA annuel pour 100 M de cols vendus en 2016, et Codorniu avec 45 M de cols, ont beau peser lourds sur l’activité viticole espagnole, ils n’en restent pas moins vulnérables face à l’incertitude économique.  Une telle situation peut stopper la fulgurante progression de la filière vin espagnole, entamée il y a quelques années à peine, et qui assure aujourd’hui encore près de 22% des exportations mondiales de vins effervescents. C’est pourquoi le conseil d’administration du conglomérat Unideco a décidé que le siège social de son entreprise Codorníu Raventós changerait d’adresse en cas d’indépendance catalane avérée. Codorníu quitterait ainsi Barcelone (Catalogne) pour Haro (La Rioja). De son côté, le PDG de Freixenet, un des principaux concurrents mondiaux sur les vins effervescents grâce au cava, dont les vignes poussent en Catalogne, a annoncé qu’il pourrait en faire autant afin de préserver son produit d’un boycott, au moins à court terme.

Du côté du Champagne il faut relativiser. Ce qui pourrait être une bonne nouvelle, notamment grâce un effet d’aubaine en Espagne pourrait être une mauvaise nouvelle sur les autres marchés,  le cava laissant la place à des concurrents bien plus agressifs tels que les proseccos.

 

Sources : l’Express, Vitisphere, 24h.ch, le Parisien, le Point